Vous êtes ici

Les espèces végétales exotiques envahissantes


Des plantes pas si naturelles...

Des espèces végétales exotiques (ou exogènes) sont considérées envahissantes à partir du moment où elles forment des populations denses, perennes, et qu'elles ont une dynamique de colonisation importante sur le territoire considéré.

Certaines populations de ces espèces végétales exotiques peuvent parfois concurrencer, voire éliminer, les espèces végétales locales. De même, leur présence peut dégrader ou modifier le fonctionnement des écosystèmes naturels en place de manière significative. Ces espèces végétales exotiques peuvent également avoir des impacts économiques (coût important en matière de gestion, etc...) et parfois des impacts sanitaires (allergies, etc...).


Le mimosa (Acacia sp.), espèce horticole, avec son comportement très invasif

 
deux espèces envahissantes présentes sur le site Natura 2000 "Embouchure de l'Argens"
Yucca (Yucca gloriosa) à gauche et Herbe de la Pampa (Cortaderia selloana) à droite


Les prospections de terrain de 2010 se sont concentrées sur le site des Etangs de Villepey et sur la Base Nature de Fréjus. Les données recueillies montrent quelles sont les espèces impactantes et leur surface d'implantation. Des actions ont été menées pour lutter contre quelques une des ces espèces (cf. menu)


Un contexte règlementaire pour cette problématique

- Selon Article L411-3 du Code de l’Environnement :
« Afin de ne porter préjudice ni aux milieux naturels ni aux usages qui leur sont associés ni à la faune et à la flore sauvages, est interdite l’introduction dans le milieu naturel volontaire, par négligence ou par imprudence de tout spécimen d’une espèce végétale à la fois non indigène au territoire d’introduction et non cultivée » (liste fixée par arrêté interministériel)

- Arrêté ministériel du 2 mai 2007 interdisant la commercialisation, l’utilisation et l’introduction dans le milieu naturel de deux espèces de Jussie (Ludwigia peploides et Ludwigia grandiflora)

- Arrêté du 13 juillet 2010 relatif aux règles de bonnes conditions agricoles et environnementales (BCAE) : « les plantes exotiques envahissantes (liste dressée à partir de l’ouvrage de Muller, 2004) ne sont pas des couverts autorisés pour les bandes tampons »

 

Des actions à expliquer au public

Arracher des plantes, ce n'est pas vraiment une action bien perçue par le grand public.
L'information et la sensibilisation sont donc indispensables dans ce genre d'opération et dans la lutte contre ces espèces à plus grande échelle.

Les actions d’éradication doivent être accompagnées d'un outil de communication (articles de presse, discussions...) afin de limiter, et si possible interdire, l’utilisation de ces espèces végétales dans les espaces naturels et dans les espaces verts (parcs et jardins, ronds-points...)

Ces actions d'information auprès du grand public et des acteurs économiques du milieu(pépiniéristes, horticulteurs, gestionnaires) doit permettre d’informer du caractère invasif de ces espèces végétales et des nuisances avérées qu'elles engendrent, à la fois sur l'économie et/ou la santé humaine (allergies par exemple).

Les Conservatoires Botaniques Nationaux Méditerranéen et Alpin ont d'ailleurs travaillé sur cette problématique des espèces végétales exotiques envahissantes en région PACA. Leur mission était d'élaborer et de mettre en oeuvre, avec l'ensemble des acteurs régionaux concernés, une stratégie régionale relative aux espèces végétales exotiques envahissantes. Ce qui montre tout l'intérêt de cette action pour l'avenir.



Croquis d'Herbe de la Pampa