L'exotisme n'est pas toujours positif...

Tout le monde voit la Côte d'Azur avec son soleil, sa mer, sa plage et ses palmiers.
Oui mais voilà, les palmiers présents en milieux naturels sur la zone Natura 2000 n'ont justement rien de naturel. Ils proviennent de plantations antérieures ou de cessation d'activités d'anciennes pépinière horticoles.


Même si les palmiers concernés ici sont peu, voires pas invasifs (Phoenix canariensis), ils ont sûrement leur place dans les parcs et jardins mais pas en milieux naturels. De plus, ils sont potentiellement visés par deux ravageurs extrêmement nuisibles : le Papillon des palmiers (Paysandisia archon) et le Charançon rouge des palmiers (Rhynchophorus ferrugineus). Ce dernier fait d'ailleurs l'objet d'un plan de lutte intercommunal (voir ICI)


Dans le cas présent, l'action s'est focalisée sur une ancienne exploitation horticole. Lors de l'acquisition par le Conservatoire du Littoral dans les années 80, les plantations ont été laissées à l'abandon.
Ainsi, les palmiers sont restées bien tranquillement en place et sont bien développées, un peu trop bien même. Il était donc nécessaire d'intervenir efficacement pour les retirer avant qu'elles ne déviennent un foyer potentiel important pour les ravageurs, pouvant causer un fléau sur l'ensemble des plantations de palmiers des parcs et jardins des alentours.


La difficulté pour intervenir est sans nul doute la taille imposante des sujets.

 


Arrachage mécanique des palmiers issus de l'ancienne pépinière horticole et évacuation



Intervention manuelle sur les sujets pour limiter l'impact, souvent lourd, des engins